Ne PRONONCEZ JAMAIS LEURS NOMS
 

     C’est au cours de la lecture de l’excellent livre «L’Amérique des écrivains», de Pauline Guéna et Guillaume Binet, que m’est venue l’idée de ce roman très sombre. Le parcours de l’écrivain David Vann m’avait particulièrement marqué, il a tourné un long moment dans ma mémoire avant que je pose la première pierre de cette histoire.

L’année 2015, avec l’insoutenable qu’elle a apporté dans notre vie en France, a donné le La du ton résolument noir de cette intrigue...




LE PITCH


  Depuis quelques mois, la capitaine Daniel Magne a quitté son poste à la Criminelle du Quai des Orfèvres. Séparé de sa compagne Lisa Heslin - qui est partie vivre en Suisse dans le chalet de son père (Lire «La Pieuvre») -, il a accepté un poste à Hendaye, au Pays Basque, le plus loin possible de ce qui reste de leur couple anéanti.

Seul, en proie au remord qui le ronge, il s’enfonce dans une déprime alcoolisée qui lui vaut d’être rapidement mis à l’index par son chef de groupe.

Alors qu’il est assis à la terrasse d’un café, désoeuvré par une mise à pied de quelques jours, Magne assiste à une gigantesque explosion dans le quartier de la gare d’Hendaye.

Accident? Attentat? N’écoutant que son instinct de policier, le capitaine se précipite sur les lieux du drame, et vers son avenir...